L’Afrique de l’Ouest dans les tiroirs. Documentation scientifique et photographie coloniale à la photothèque de l’IFAN (Dakar)

West Africa in the drawers. Scientific documentation and colonial photography in the IFAN photo library (Dakar)

Résumés

Résumé

La photothèque de l’Institut fondamental d’Afrique noire, institut scientifique pluridisciplinaire fondé en 1937 et actuellement sis à l’université Cheikh-Anta-Diop de Dakar, conserve plusieurs dizaines de milliers de photographies rassemblées durant la période coloniale. Cet ensemble photographique représente aujourd’hui un véritable patrimoine visuel et matériel de l’Afrique de l’Ouest, largement méconnu. Cet article a pour objectif d’en éclairer l’histoire et les enjeux en élucidant les logiques qui ont présidé à sa constitution. Après être revenu sur la naissance de cette photothèque à la fin des années 1940, dans un contexte de multiplication des institutions scientifiques coloniales, il ausculte le fonctionnement interne de cette structure ainsi que son rayonnement à l’échelle de l’Afrique-occidentale française (AOF). Ce faisant, il laisse apparaître la façon dont la constitution assidue d’une documentation scientifique visuelle était alors imbriquée dans l’élaboration d’une iconographie coloniale.

Abstract

French Institute for Black Africa (IFAN), a scientific and multidisciplinary research institute founded in 1937 and currently attached to Dakar University, hold a photo library storing tens of thousands of photographs collected during the colonial period. The set represents a major and largely unknown visual and material heritage about West Africa, and located in an African country. The article aims to highlight the photo library stakes and history, by elucidating processes and logics leading to its building. After explaining its creation at the end of the 1940s, when the colonial scientific institutes multiply, the article outlines its intern functioning and influence over the French West Africa (AOF). In doing so, it suggests how producing a visual scientific documentation in this context was entangled with the elaboration of colonial iconography.

Index

Mots-clés

Afrique de l’Ouest, archives photographiques, colonisation, Dakar, musée de l’Homme, patrimoine, photothèque, photographie coloniale, sciences humaines, sciences naturelles

Keywords

West Africa, photographic archives, colonization, Dakar, musée de l’Homme, heritage, photo library, colonial photography, human sciences, natural sciences.

Plan

Texte

Une belle antilope royale, des pêcheurs Sorko, un fleuve sinueux vu du ciel, le bureau de Théodore Monod, Georges Balandier au volant d’une Jeep, l’habitat chez les Somba ou une danse Sénoufo : autant de sujets, autant d’images piochées au gré des tiroirs, qui peuplent aujourd’hui la photothèque de l’Institut fondamental d’Afrique noire (IFAN) à Dakar. Ce sont près de 100 000 photographies, tous supports confondus, qui y sont conservées : outre quelques albums et près de neuf cents cartes postales, le fonds historique contient plusieurs centaines de diapositives, environ soixante mille tirages et soixante mille négatifs de différents formats, dont cinq mille plaques de verre1. Cette structure, dont les matériaux sont aujourd’hui peu exploités, a vu le jour dans les années 1940, et s’avère encore largement héritière de la période coloniale qui l’a impulsée et l’a façonnée. Le sigle de l’Institut, dont la vocation a toujours été interdisciplinaire, témoigne déjà d’une forme de continuité : d’abord Institut français d’Afrique noire, il est devenu Institut fondamental d’Afrique noire plusieurs années après l’indépendance, en 1965. Toujours logé dans les mêmes bâtiments, il a également conservé une partie de son mobilier, y compris celui de la photothèque. Là, le classement des images rappelle également le temps de l’Afrique-occidentale française (AOF) et son découpage géographique. Ce gouvernement général, créé en 1895, a progressivement regroupé les colonies d’Afrique de l’Ouest, depuis la Mauritanie jusqu’au Togo, en passant par le Sénégal, la Guinée, la Côte d’Ivoire, le Niger, le « Soudan », la « Haute-Volta » et le « Dahomey », dont on retrouve les noms à la photothèque. Les tiroirs sont, aujourd’hui encore, libellés par ces désignations parfois anciennes, alors que les trois derniers pays ont respectivement été requalifiés depuis les indépendances en Mali, Burkina Faso et Bénin.

Cet ensemble et ce lieu procurent, de ce point de vue, la sensation d’une capsule temporelle involontaire, au sein de laquelle se condenseraient un temps et un regard colonial suspendus. Les collections se sont néanmoins enrichies depuis l’indépendance du Sénégal, et surtout, elles ont fait l’objet d’usages qui n’avaient pas été anticipés2, comme leur mise à contribution lors du Festival mondial des arts nègres de 19663. Le cadre original n’a pas été aboli, pas plus que la matérialité des clichés n’a été repensée ; pour autant, le stigmate colonial de ces images, à l’usage, s’est quelque peu émoussé.

L’objectif de cet article n’est pas de raviver la dimension coloniale de cette photothèque, de recouvrir les images de leur histoire et ce faisant, de contester ou d’amoindrir leurs potentialités contemporaines. Il s’agit plutôt d’adopter un autre point de vue, qui consiste à historiciser l’ensemble photographique et à nuancer ainsi la naturalisation dont le contenu peut faire l’objet. En plus d’être des sources susceptibles de renseigner sur des enjeux historiques, scientifiques, culturels et patrimoniaux propres à l’Afrique de l’Ouest, les images de la photothèque sont également le résultat d’un processus complexe, guidé par les priorités scientifiques et coloniales de l’IFAN, qui a façonné les contours, les creux et les pleins d’une Afrique de l’Ouest qu’elle voulait à son image. Prendre comme sujet cette photothèque, et avec elle, le projet visuel de l’Institut invite dès lors à cerner leur genèse et leurs enjeux historiques. Cela permettra, chemin faisant, d’éclairer la façon dont ils s’inscrivent dans une histoire de la recherche en terrain colonial, de la documentation photographique et des processus techniques et matériels de constitution des savoirs.

Une photothèque à contre-courant

L’IFAN est officiellement créé en 1936, à une période où, à l’occasion de l’Exposition coloniale de 1931 et de l’Exposition universelle de 1937, plusieurs voix expriment la nécessité de doter les colonies de lieux de recherches scientifiques, à l’image de l’École française d’Extrême-Orient (EFEO) dévolue à l’Indochine depuis la fin du siècle précédent. L’AOF bénéficie ainsi de la création relativement précoce de l’IFAN. La situation dans les autres colonies évolue surtout à partir de 1943 et la reconnaissance de l’Office de la recherche scientifique coloniale (ORSC), futur Office de la recherche scientifique et technique d’outre-mer (ORSTOM4). Il est appelé à devenir « l’organisme le plus important [des] institutions de recherches françaises en direction des pays d’outre-mer5 » en implantant des instituts de recherche dans une grande partie des territoires colonisés à la sortie de la guerre. L’IFAN a alors pour mission de « constituer dans les musées, les archives, les bibliothèques, les collections scientifiques, la documentation nécessaire à la connaissance et à l’étude des questions intéressant l’Afrique occidentale6 ». Ces prérogatives s’énoncent au moment où l’idée de recourir à de nouveaux outils pour gérer une « documentation », selon une notion encore récente7, s’impose dans les sciences humaines : cet horizon est déjà palpable au musée d’Ethnographie du Trocadéro (MET) au début de la décennie, où l’on rationalise les collections d’objets, où l’on modernise la bibliothèque, et où l’on donne corps à l’une des toutes premières « photothèques8 ».

L’avènement de ce type de structures, dont Georges Henri Rivière donne une première définition en 1937, s’inscrit dans une longue histoire de la gestion de l’information9. Les photothèques perpétuent l’objectif de conserver un vaste ensemble de photographies, à l’instar des archives photographiques10, mais accentuent l’ambition de leur exploitation et de leur mise en circulation : c’est en vue de faciliter les recherches, de les rendre plus efficaces, que les photographies, classées individuellement, sont soumises à une « méthode rationnelle de classement et de signalisation11 ». Malgré l’inauguration précoce de l’IFAN, il faut attendre le début des années 1940 pour que se déploie, au sein de l’Institut, un réel dynamisme sous l’impulsion de son directeur, Théodore Monod. Les recherches menées par l’équipe qui se constitue peu à peu portent autant sur des sujets de sciences naturelles que de sciences sociales12. D’un côté, la création de l’IFAN répond en effet à l’ambition d’implanter en Afrique de l’Ouest une filiale du Muséum national d’histoire naturelle de Paris13. Parallèlement, la nouvelle génération d’ethnologues qui passe par l’Institut – dont certains, comme Balandier, se qualifient davantage de sociologues –, renouvelle les préoccupations de l’africanisme en prenant pour objet les effets de la modernité, les villes et les mutations contemporaines. La photothèque voit le jour dans ce contexte scientifique où les préoccupations sont multiples. Elle n’est officiellement créée qu’en 1950, mais dès 1942 une petite collection de clichés commence à se former. Elle prend pour base ceux rassemblés depuis 1921 dans la collection photographique constituée par le Comité d’études historiques et scientifiques de l’AOF14. Elle atteint environ 10 000 photographies aux alentours de 1947. Cette année-là, la notion de « photothèque » apparaît pour la première fois dans les documents administratifs de l’Institut, un règlement est rédigé dès janvier15, et la structure commence à se matérialiser.

Dès cette période, des mesures sont en effet prises à l’IFAN pour « faciliter les manipulations et parer au désordre16 » des images. Un système de rangement, s’appuyant sur un mobilier spécifique, est ainsi mis en œuvre; « les photos sont désormais collées sur fiches trouées [de 12,5 × 20 cm environ] retenues par une tringle » [Fig. 1 et 2]. Au même moment, un double classement se construit selon deux critères, d’une part « géographique » et de l’autre thématique, désignée par le terme de « matières17 ». Toujours en vigueur actuellement à la photothèque de l’IFAN, il se matérialise par deux grands ensembles de tiroirs, disposés face à face, sur deux pans de murs distincts [Fig. 3 et 4]. D’un côté se déploient les tiroirs libellés selon les noms de pays constitutifs de l’AOF, de l’autre, se déclinent les différentes « matières » traitées : « habitat », « médecine », « préhistoire », « portrait », « recherche scientifique », « religion », « transport », « vie familiale », « anthropologie », « voyages officiels », etc. Chaque photographie était ainsi tirée en deux exemplaires et doublement classée. Ce système anticipait différents types de requêtes de la part des membres de l’Institut, de collaborateurs ou d’éventuels clients ; il multipliait les voies d’accès aux images, tantôt thématiques, tantôt géographiques, et les rendait de fait plus facilement repérables.

Fig. 1 : Pierre Potentier, Section photo : la clichothèque, Dakar, 1949

Image

Tirage argentique, 12 × 9 cm, Dakar, photothèque de l’IFAN, casier « Recherche scientifique », B.49.2330 © Université de Dakar.

Fig. 2 : Pierre Potentier, Section bibliothèque-documentation : la photothèque, Dakar, 1949

Image

Tirage argentique, 12 × 9 cm, Dakar, photothèque de l’IFAN, casier « Recherche scientifique », B.49.2348 © Université de Dakar.

Fig. 3 : Photothèque de l’IFAN, classement « Géographie », Dakar, 2014

Image

© Anaïs Mauuarin.

Fig. 4 : Photothèque de l’IFAN, classement « Matières », Dakar, 2014

Image

© Anaïs Mauuarin.

Du point de vue de l’histoire de la documentation, la création d’une telle structure s’inscrit dans l’air du temps. La fin des années 1940 amorce une période où se multiplient les photothèques dans de nombreuses institutions en France : au sein de la Documentation française, des ministères de l’Agriculture ou encore du Tourisme. La notion de « photothécaire » fait son apparition. Dans le cas de l’IFAN, l’influence est aussi à chercher du côté du musée de l’Homme ; Monod, rattaché au Muséum national d’histoire naturelle, naturaliste de formation, est proche du musée et de ses acteurs. Sa photothèque pionnière, inaugurée en 1938, est en plein essor à la fin des années 1940 et représente sans doute une référence pour Monod, comme pour de nombreux visiteurs18. Dès 1947, il prend d’ailleurs attache, en tant que directeur de l’IFAN, avec le musée de l’Homme en vue de procéder à un échange de photographies entre les deux institutions19. La photothèque de l’IFAN s’inscrit ainsi à plein dans une dynamique contemporaine.

Si l’on regarde cette photothèque du point de vue de l’institutionnalisation des sciences en territoires coloniaux, elle semble en revanche plutôt aller à contre-courant d’une tendance de fond : les instituts qui voient le jour sous la tutelle de l’ORSTOM au lendemain de la guerre ne font que peu de place aux photographies et n’inaugurent pas de photothèques. Les volontés ne sont certes pas absentes : l’Institut français d’Océanie (IFO), dirigé par Maurice Leenhardt, possède par exemple un laboratoire photographique et certains de ses membres, comme Jean Guiart, sont d’assidus photographes. On confie d’ailleurs très rapidement à ce dernier le soin « d’installer un fichier photothèque aussi complet que possible20 ». Pour autant, les archives de l’Institut ne comportent aucune trace de cette structure, ni même de son projet ; très peu de photographies sont par ailleurs conservées et toutes sont postérieures aux premières années de l’IFO. Ce projet est le seul du genre énoncé au sein de l’ORSTOM, qui ne met pas non plus en œuvre de photothèque centrale vers laquelle convergeraient les productions de ses chercheurs. Ce n’est que dans les années 1990 que l’Institut de recherche pour le développement (IRD), qui prend sa suite, crée une telle photothèque et incite les chercheurs à léguer leurs collections photographiques ; certains d’entre eux se sont d’ailleurs distingués depuis par leur travail photographique historique, tel que le géographe Edmond Bernus, dont les images ont été valorisées par Bernard Plossu et Jean Rouch21.

L’AOF un « vaste domaine » à représenter

La systématisation de l’accumulation de photographies à l’IFAN à la fin des années 1940 est rapidement associée à l’idée que la photothèque doit être représentative du territoire de l’AOF couvert par l’Institut. En 1954, les collections comportent déjà 31 000 photographies – contre 16 000 en 1949 – et Monod clarifie l’objectif : « Ce chiffre qui peut paraître, à première vue, considérable est bien faible en réalité si l’on considère le vaste domaine que la photothèque doit représenter. L’effort entrepris devra être poursuivi de nombreuses années encore avant de pouvoir satisfaire toutes les demandes22. » La photothèque n’est donc pas conçue comme un simple lieu d’enregistrement et de conservation des photographies produites au gré des missions par des chercheurs et collaborateurs de l’Institut : elle est guidée par une ambition d’exhaustivité. À l’évidence, elle a pour objectif de rendre compte visuellement de toute l’AOF.

Ce projet, ainsi énoncé, réactive la quête d’une archive visuelle totalisante reposant sur les potentialités associées à la photographie, formulée dès la fin du xixe siècle et dont les Archives de la Planète, notamment, furent un précieux avatar23. Néanmoins, la mention des « demandes » renvoie également aux enjeux plus prosaïques et économiques qui participent à cette volonté de totalité et dont la photothèque du musée de l’Homme a déjà montré toute la portée24. L’exhaustivité ne vaut pas seulement pour elle-même, mais peut contribuer à satisfaire clients et visiteurs, et vice versa. L’expérience, menée dès 1938 au musée de l’Homme, témoignait de ce que l’association de ces enjeux, d’ordres scientifique, historique et patrimonial d’une part, d’ordres économique et médiatique d’autre part, pouvait avoir de convergent et de vertueux. Ce modèle dual est adopté à l’IFAN dès la fin des années 1940 : la photothèque répond à des demandes, provenant à la fois des chercheurs de l’Institut, des services du gouvernement général de l’AOF – nous y reviendrons –, ainsi que d’éditeurs extérieurs et de revues. Des images de l’IFAN paraissent ainsi dans l’Encyclopédie coloniale et maritime, le Guid’AOF, la Revue AOF, France illustration ou encore Les Bois tropicaux.

La volonté de constituer et d’accroître les collections photographiques se manifeste dès la fin des années 1940 par l’implication des chercheurs dans cette entreprise. Avec les règlements de la photothèque édictés en 1947, puis 1950, il devient obligatoire pour ceux qui bénéficient d’un soutien matériel de l’IFAN de contribuer en retour à l’accroissement des collections : « Les photos prises […] sur des plaques ou pellicules fournies par l’IFAN seront incorporées à la photothèque. » Cela concerne les chercheurs statutaires, mais également ceux de passage qui ont recours au service photographique. Il n’est toutefois pas évident de garantir l’application d’une telle mesure, comme le suggèrent les relances envoyées à Jean Rouch après sa mission en Gold Coast :

« Un nommé Rouch d’abord qui, brusquement frappé d’amnésie une fois sur le sol de France, reste sourd aux promesses faites au passage à Dakar, puis et surtout [Gilbert] Rouget, qui devait légender les clichés sur le bateau et me les retourner dès le débarquement en France, n’a plus jamais donné signe de vie. […] Nous faisons tous vos travaux aux conditions suivantes : vous doublez vos négatifs, moitié pour vous ½ pour l’IFAN […]. Pour les photos prises antérieurement qui n’ont pas pu être doublée, vous nous en laissez quelques-unes25. »

Sans requérir une forme d’exclusivité, la photothèque entend toutefois mettre en œuvre des mécanismes capables d’enrichir son fonds.

Parallèlement, Monod continue à en appeler aux « bonnes volontés », susceptibles de contribuer à l’entreprise colossale de l’IFAN26. Il s’inscrit là dans la longue tradition des sciences naturelles, déjà réactivée par l’ethnologie de l’entre-deux-guerres27. Dans les faits, cependant, l’œuvre scientifique menée à l’Institut s’est largement resserrée sur son personnel, et à la photothèque, les positifs et les négatifs sont essentiellement le fruit « des chercheurs, des photographes et des techniciens de l’IFAN28 ». Certains auteurs sont des ethnologues de passage, comme Gilbert Rouget, Marguerite Dupire, et des boursiers de l’École française d’Afrique tels que Jean Rouch, Pierre Verger ou Monique de Lestrange. Plus fréquemment, ce sont les noms des chercheurs de l’Institut qui apparaissent : Georges Duchemin (ethnologie), Alexandre Sènou Adandé (ethnologie), Guy Le Moal (ethnologie), Maurice Houis (linguistique), Raymond Mauny (archéologie), Paul Pélissier (géographie), Georges Brasseur (géographie), Michel Condamin (zoologie), André Villiers (zoologie) ou encore Jean Cadenat (biologie marine). Le nombre de photographies qui leur est associé est toutefois sans commune mesure avec les ensembles produits par le personnel chargé de la photographie à l’IFAN.

Les noms d’André Cocheteux et Pierre Potentier reviennent très régulièrement dans les années 1950, de même que celui de Georges Labitte pour les années antérieures. Ce dernier a été un très grand producteur d’images d’Afrique de l’Ouest, qu’il a en partie réalisées pour le compte de l’IFAN jusqu’en 1948, année de sa retraite29. Cette même année Cocheteux est désigné chef de la nouvelle « section photo », au sein de laquelle s’organise un laboratoire photographique qui bénéficie d’une petite équipe [Fig. 5 à 9]. Cocheteux n’a pas pour seul rôle de faire fonctionner ce service, ni de garantir la conservation et la diffusion des images : il lui revient également de les produire. Outre les prises de vue des collections dans le studio dédié [Fig. 10], il accompagne, comme Labitte avant lui, les chercheurs sur le terrain. Il arpente ainsi le « Dahomey, le Togo et la Côte d’Ivoire » aux côtés de Paul Mercier en 1951, où il mène une « enquête photographique sur l’habitat chez les Somba, les modes de cultures [et photographie en couleur] quelques scènes rituelles30 ». Il rapporte de cette « mission photographique […] plus de 200 pellicules31 ». Potentier, pourtant chargé de la « section ciné-son », produit lui aussi des photographies lors des missions, en marge de ses enregistrements cinématographiques : en 1951, il accompagne par exemple Maurice Houis en Guinée « en vue d’un inventaire photographique sur les Meneni32 ».

Fig. 5 : Pierre Potentier, Section photo : le bureau, Dakar, 1949

Image

Tirage argentique, 12 × 9 cm, Dakar, photothèque de l’IFAN, casier « Recherche Scientifique », B.49.2323 © Université de Dakar.

Fig. 6 : Pierre Potentier, Section photo : le laboratoire de tirage, Dakar, 1949

Image

Tirage argentique, 12 × 9 cm, Dakar, photothèque de l’IFAN, casier « Recherche Scientifique », B.49.2334 © Université de Dakar.

Fig. 7 : Pierre Potentier, Section photo : la sécheuse-glaçeuse électrique, Dakar, 1949

Image

Tirage argentique, 12 × 9 cm, Dakar, photothèque de l’IFAN, casier « Recherche Scientifique », B.49.2332 © Université de Dakar.

Fig. 8 : Pierre Potentier, Section photo : le choix des négatifs leica, Dakar, 1949

Image

Tirage argentique, 12 × 9 cm, Dakar, photothèque de l’IFAN, casier « Recherche Scientifique », B.49.2324 © Université de Dakar.

Fig. 9 : Pierre Potentier, Section Photo : la retouche et le repiquage, Dakar, 1949

Image

Tirage argentique, 12 × 9 cm, Dakar, photothèque de l’IFAN, casier « Recherche Scientifique », B.49.2326 © Université de Dakar.

Fig. 10 : Pierre Potentier, Section photo : le studio, Dakar, 1949

Image

Tirage argentique, 12 × 9 cm, Dakar, photothèque de l’IFAN, casier « Recherche Scientifique », B.49.2327 © Université de Dakar.

Au fil des missions, la pratique assidue de ces photographes vient documenter le travail des chercheurs et contribue ainsi à accroître les collections de la photothèque. Ils sillonnent l’AOF et en rapportent des images rassemblées à Dakar [Fig. 11 et 12]. Cette centralisation possède néanmoins une contrepartie intéressante, relevant d’un mouvement inverse : des séries d’images sont régulièrement envoyées vers les différents territoires de l’AOF, auprès des centres de recherches locaux installés par l’IFAN, les Centrifans. Instaurés progressivement à partir de 194433, la majorité de ces centres entreprend la création d’une photothèque locale en 1950 – comme en réponse à la constitution officielle de la photothèque fédérale – et certains possèdent également leur propre laboratoire photographique. Ces centres se veulent alors des prolongements locaux de l’IFAN, pleinement dédiés au territoire auquel ils sont rattachés : ils s’inscrivent en effet dans la perspective de l’inventaire monographique et ont pour vocation à être des « condensés de la colonie34 ». Les séries de photographies que leur envoie l’Institut fédéral sont ainsi systématiquement en lien avec le territoire en question : chacune des photothèques est appelée à se spécialiser dans le territoire de l’AOF sur lequel elle est implantée et à posséder, concernant ce domaine, un caractère d’exhaustivité.

Fig. 11 : Georges Labitte, Maures, Baouké (Côte d'Ivoire), avant 1947

Image

Tirage sur papier baryté (8,5 × 11,5 cm) monté sur fiche cartonnée verte (12,5 × 20 cm), Paris, Musée du quai Branly – Jacques-Chirac, PP0178611.

Fig. 12 : Georges Labitte, Marchande de cure-dents, Abidjan (Côte d'Ivoire), avant 1947

Image

Tirage sur papier baryté (8,5 × 11,5 cm) monté sur fiche cartonnée verte (12,5 × 20 cm), Paris, Musée du quai Branly – Jacques-Chirac, PP0178637.

Derrière la photothèque de l’IFAN se dissimule ainsi un vaste réseau photographique, qui couvre autant visuellement que matériellement le territoire de l’AOF. Les différentes collections restent toutefois aujourd’hui délicates à cerner et à restituer : les instituts, le plus souvent, n’existent plus, les photographies n’ont pas été rapatriées au centre fédéral de Dakar (qui en possédait vraisemblablement déjà des copies), et aucune archive connue ne permet de cerner les images détenues dans les années 1950. Certains cas sortent toutefois du lot, comme le Centrifan de Saint-Louis, dirigé par Georges Duchemin, devenu le Centre de recherches et de documentation du Sénégal (CRDS), et qui a hérité, au moins en partie, des collections photographiques organisées par Duchemin.

Produire l’iconographie coloniale

La logique scientifique, documentaire et médiatique qui modèle les pratiques photographiques à l’IFAN se combine toutefois à une logique d’ordre colonial, qui tient à l’ancrage politique de l’Institut et aux prérogatives qui en découlent. L’Institut est en effet administrativement et financièrement placé sous la tutelle de l’administration coloniale ; c’est elle qui rétribue le personnel, fournit le matériel, etc. Or, en retour, elle sollicite régulièrement son service photographique. Jusqu’à la fin des années 1930, l’AOF, comme la majorité des zones coloniales, possédait sa propre agence économique, notamment chargée de la production d’images promouvant l’action coloniale sur le territoire35. Lorsqu’en 1941 une agence économique des colonies se réorganise en métropole36, sa photothèque centralise alors les documents provenant de ces anciennes agences et confie aux gouverneurs généraux des territoires colonisés la mission de lui faire parvenir régulièrement de nouveaux clichés. Les images de l’AOF sont alors parmi les plus demandées37. Si, au début des années 1940, c’est sans doute le service de l’information du gouvernement général de l’AOF qui remplit ce rôle, tout son matériel photographique est transféré à l’IFAN à la fin de la décennie : c’est à cet institut qu’il revient dorénavant de produire – du moins en partie – la matière visuelle que demande l’administration.

Une partie du travail photographique de l’IFAN répond ainsi aux besoins de l’administration coloniale : en 1952, « comme les années précédentes, la collaboration de la section [photo] avec les différents services administratifs s’est poursuivie soit par des prises de vues, soit par des tirages d’épreuves38 ». Le service participe aussi, via le tirage de clichés parfois grands formats, à des expositions organisées par l’administration coloniale. Une partie des missions qu’effectuent les opérateurs de l’IFAN est ainsi commandée par le gouvernement général. En 1950, Cocheteux procède à un reportage photographique au Soudan (actuel Mali) pour le compte de l’inspection générale des services de l’élevage. Quelques années plus tard, il se voit confier une mission plus officielle encore : il accompagne le président Paul Reynaud lors de sa tournée à travers la fédération, afin d’en rapporter des « photos d’actualité39 ». En matière de cinéma, Potentier est lui aussi régulièrement sollicité, parfois pour des actualités du même ordre : « À la demande du chef de service de l’information du gouvernement général, M. Potentier s’est rendu à Abidjan en janvier [1951] pour filmer les cérémonies et fêtes qui y furent données à l’occasion de l’inauguration du port par le haut-commissaire40. »

Néanmoins, les opérateurs n’opposent pas leur travail photographique colonial et celui qu’ils effectuent pour l’IFAN : les déplacements sont souvent l’occasion d’endosser les deux rôles. Lors de sa mission pour l’inspection générale des services de l’élevage, Cocheteux « rapporte de nombreux clichés sur les sites, les scènes de la vie familiale indigène, l’habitat, les curiosités ethnographiques41 », soit « tous les sujets intéressants les différentes disciplines de l’IFAN42 ». À l’occasion de son voyage avec Paul Reynaud, il ne manque pas non plus « de faire un excellent reportage sur les cités lacustres du lac Nokoué au Dahomey43 ». Inversement, les missions scientifiques constituent des occasions de rapporter de la documentation pour les services administratifs, sans qu’elle en soit directement l’objet. Lors de son déplacement en Guinée avec le chef de la section botanique, Cocheteux produit non seulement « une abondante documentation photographique sur la flore d’hivernage, les sites, les scènes de la vie familiale indigène, [mais également] de nombreuses vues sur l’état de la route intercoloniale no 2, des campements et des sites touristiques […] adressées à la direction générale des services économiques44 ».

Les photographes prennent ainsi en charge des sujets souvent distincts, ceux pour les administrations coloniales relevant des « actualités » ou étant destinés à rendre compte de la « mise en valeur » coloniale des territoires. Une fois à Dakar, cela vaut à certaines de ces images de se distinguer des autres : les photographies de la tournée de Paul Reynaud sont par exemple regroupées dans le tiroir dédié aux « voyages officiels », dont l’intitulé laisse peu de doutes sur le contenu. Néanmoins, mis à part ce cas précis, la production proprement coloniale ne faisait pas l’objet d’un classement séparé et spécifique. Les photographies, quelle que soit leur destination, étaient toutes réparties selon les thématiques et le classement géographique au sein des tiroirs de la photothèque de l’IFAN. Les corpus scientifiques et coloniaux s’y sont dès lors mêlés, créant une indistinction qui matérialise encore aujourd’hui l’imbrication historique des sciences et de la promotion de l’œuvre coloniale.

Le fonds photographique de l’IFAN, sous son apparente homogénéité, matérielle et visuelle, due au travail assidu du « service photo », recouvre donc des corpus relevant de dynamiques parallèles. À côté de la vaste documentation scientifique rassemblée, qui témoigne de la permanence d’un paradigme de la collecte dans l’africanisme français de l’après-guerre45, se trouve donc un ensemble d’images ayant directement trait à l’entreprise coloniale menée en Afrique de l’Ouest et à sa valorisation. Du fait de leur localisation spécifique et de la permanence de l’IFAN, ces images n’ont toutefois pas été constituées, ni au moment des indépendances ni après, en « archives coloniales46 », comme le furent les images des agences économiques des colonies. Aucune photographie de l’Institut n’a fait l’objet d’un retrait permanent des réseaux de circulation des images, soit d’une « mise en archives » : toutes ont continué à posséder le statut d’une documentation liée aux activités de l’IFAN et sont toujours gérées aujourd’hui par le service audiovisuel de l’Institut, au sein de l’université Cheikh-Anta-Diop. La consultation des images n’y est pas régie par un cadre particulièrement contraignant et des reproductions peuvent être acquises par le biais d’une simple transaction marchande.

Outre la stabilité matérielle des objets photographiques que la perpétuation de la structure a involontairement permise, elle a également préservé les images d’une forme de relégation postcoloniale. Nombre d’archives coloniales, restées sur le continent au moment des indépendances, ont perdu en autorité et ont été négligées par les nouveaux États47. Quelques milliers de photographies, conservées dans les archives nationales d’un pays voisin, la Gambie, sont ainsi dans un état de délabrement avancé48. Des chercheurs constatent aujourd’hui un vide mémoriel et visuel concernant la période coloniale sur le continent tout à fait troublant, tant la production visuelle fut intense49. Paradoxalement, la permanence d’une photothèque au sein de l’IFAN et le maintien des images dans une potentielle dynamique scientifique et médiatique, a sans doute contribué à la préservation de ses milliers d’objets photographiques, qui constituent aujourd’hui une part précieuse du patrimoine de l’Afrique de l’Ouest.

1 Niang 2011.

2 Cette idée est développée par Napandulwe Shiweda à propos des photographies coloniales produites en Namibie ; elle parle, concernant les enjeux

3 Touré 2000, 176. Sur ce festival, voir Murphy (dir.) 2016.

4 L’ORSC devient l’ORSTOM en 1953, et change de sigle en 1984 pour devenir l’IRD, Institut de recherche pour le développement.

5 Tai 2010.

6 Anonyme 1937, 234.

7 Fayet-Scribe 2000.

8 Sur l’effervescence qui entoure le MET entre 1928 et 1935, voir Delpuech et al. 2017 ; et sur la création de la photothèque, voir Mauuarin 2017.

9 Blair 2010.

10 Sur cette question, voir le dossier spécial de la revue Transbordeur (Lacoste et al. 2017).

11 Rivière 1937.

12 En 1960, l’Institut se divisait en deux grands départements : sciences humaines d’une part, sciences naturelles de l’autre. Le premier chapeautait

13 Bondaz 2020, 246.

14 Sur l’histoire et les enjeux de ce Comité, voir Sibeud 2002 et Suremain 2003.

15 Sur l’histoire de cette structure et la reproduction des documents d’archives, voir Mauuarin 2018.

16 IFAN, Rapport annuel 1948, 6 (IFAN / archives de l’IFAN).

17 IFAN, Rapport annuel 1948, 5.

18 Mauuarin 2019.

19 Lettre de Théodore Monod au directeur du musée de l’Homme [Paul Rivet], 6 janvier 1947 (MQB / Dossiers de Collections / Coll. no 567 « IFAN »).

20 Leenhardt 1949, 10-11.

21 Voir Bernus 1995 et Jehel 2000.

22 IFAN, Rapport annuel 1954, 7

23 Castro 2008 ; Genoudet 2018.

24 Mauuarin 2019.

25 Lettre de Cocheteux à Rouch, le 17 février 1954 (Paris, Bibl. nat. de Fr. / Fonds Jean Rouch / Mission IFAN 1953-1954). Elle fait suite à une

26 Monod 1941. Les Conseils aux chercheurs de Monod seront édités à plusieurs reprises au cours des décennies suivantes.

27 Blanckaert 1996 ; Debaene 2006.

28 Touré 2000.

29 C’est de lui que sont les plus anciens clichés datés de 1942 conservés à l’IFAN.

30 IFAN, Rapport annuel 1951, 7-8.

31 IFAN, Renseignements mensuels, no 9, sept. 1951, n. p.

32 IFAN, Renseignements mensuels, no 2, février 1951, n. p. Si Potentier est chargé du cinéma à l’IFAN, il semble avoir aussi la qualité de

33 Anonyme 1961, 41.

34 Dias 2000.

35 L’Agence économique de l’AOF a semble-t-il existé de 1920 à 1939, selon le Bulletin qu’elle produisait.

36 Sur l’histoire de cette Agence, dont les prérogatives allaient bien au-delà de la production ou gestion de photographies, voir les travaux de

37 Agence économique de la France d’outre-mer, Rapport annuel 1947, 14 (ANOM / FM AGEFOM / 679).

38 IFAN, Rapport annuel 1952, 11.

39 IFAN, Rapport annuel 1954, 7.

40 IFAN, Rapport annuel 1951, 9.

41 IFAN, Rapport annuel 1951, 7. Comme nous l’avons souligné précédemment, cette mission avait aussi pour objet de rapporter une documentation pour l

42 IFAN, Renseignements mensuels, no 2, février 1951.

43 IFAN, Rapport annuel 1954, 7.

44 IFAN, Rapport annuel 1950, 7.

45 Sur ce « paradigme de la collecte » voir De L’Estoile 2005 et Debaene 2006.

46 Cette notion a fait l’objet d’un vif réinvestissement à la suite du développement des postcolonial studies puis de la parution de l’ouvrage

47 Basu et De Jong 2016.

48 Liam Buckley pose ce constat et invite à remettre en question les standards archivistiques et l’idée qu’ils refléteraient l’état de développement

49 Nimis 2014.

Bibliographie

Anonyme
1937
. « Création de l’Institut français d’Afrique noire », Journal de la Société des africanistes, vol. 7, no 2, 234-235.
1961. « Historique de l’Institut français d’Afrique noire », Notes africaines, no 90, avril, 34-44.

Basu, Paul et De Jong, Ferdinand
2016
. « Utopian archives, decolonial affordances : introduction to special issue », Social Anthropology, vol. 24, no 1, mai, 5-19.

Bernus, Edmond
1995
. Eguéréou : Niger d’une rive à l’autre (1953-1977), Paris : Marval.

Blair, Ann
2010
. Too Much to Know : Managing Scholarly Information Before the Modern Age, New Haven (Conn.) : Yale University Press.

Blanckaert, Claude (dir.)
1996
. Le Terrain des sciences humaines : instructions et enquêtes (xviiie-xxe siècle), Paris : L’Harmattan.

Bondaz, Julien
2014
. L’Exposition postcoloniale : musées et zoos en Afrique de l’Ouest (Niger, Mali, Burkina Faso), Paris : L’Harmattan.
2020. « Des succursales pour le Muséum : l’Institut français d’Afrique noire en réseau (1938-1960) », dans J.-L. Georget, H. Ivanoff et R. Kuba (dir.), Construire l’ethnologie en Afrique coloniale : politiques, collections et médiations africaines, Paris : Presses de la Sorbonne Nouvelle, 245-270.

Buckley, Liam
2005
. « Objects of Love and Decay : Colonial Photographs in a Postcolonial Archive », Cultural Anthropology, vol. 20, no 2, janvier, 249-270.

Castro, Teresa
2008
. « Les Archives de la Planète et les rythmes de l’Histoire », 1895. Revue de l’Association française de recherche sur l’histoire du cinéma, no 54, 56-81, <https://doi.org/10.4000/1895.2752>.

Debaene, Vincent
2006
. « “Étudier des états de conscience” : la réinvention du terrain par l’ethnologie (1925-1939) », L’Homme, no 179, janvier, 7-62, < https://doi.org/10.4000/lhomme.24033>.

De L’Estoile, Benoît
2005
. « “Une petite armée de travailleurs auxiliaires” : la division du travail et ses enjeux dans l’ethnologie française des années 1930 », Cahiers du centre de recherche historique, no 36, 31-59, <https://doi.org/10.4000/ccrh.3037>.

Delpuech, André ; Laurière, Christine et Peltier-Caroff, Carine (dir.)
2017
. Les Années folles de l’ethnographie : Trocadéro 28-37, Paris : Muséum national d’histoire naturelle.

Dias, Nélia
2000
. « Musées et colonialisme : entre passé et présent », dans D. Taffin-Jouhaud (dir.), Du musée colonial au musée des cultures du monde, actes de colloque (Paris, musée national des Arts d’Afrique et d’Océanie / Centre Georges-Pompidou, 3-6 juin 1998), Paris : Maisonneuve et Larose / Musée national des Arts d’Afrique et d’Océanie, 15-33.

Fayet-Scribe, Sylvie
2000
. Histoire de la documentation en France : culture, science et technologie de l’information (1895-1937), Paris : CNRS.

Genoudet, Adrien
2018
. « L’effervescence des images : les Archives de la Planète d’Albert Kahn (1908-2018) » (thèse de doctorat, université Paris VIII, Vincennes – Saint-Denis).

Jehel, Pierre-Jérôme
2000
. « Photographie : sujet sensible. Un parcours comparatif parmi trois livres de photographies à caractère ethnologique », Journal des anthropologues, no 80-81, 161-191, <https://doi.org/10.4000/jda.3190>.

Lacoste, Anne ; Lugon, Olivier et Sohier, Estelle (dir.)
2017
. « Musées de photographies documentaires » [numéro thématique], Transbordeur. Photographie, histoire, société, no 1.

Leenhardt, Maurice
1949
. « L’Institut Français d’Océanie », Journal de la Société des océanistes, vol. 5, no 5, 5-14.

Lemaire, Sandrine
2000
. « L’Agence économique des colonies : instrument de propagande ou creuset de l’idéologie coloniale en France (1870-1960) ? » (thèse de doctorat, Institut universitaire européen).

Mauuarin, Anaïs
2017
. « La photographie multiple : collections et circulation des images au Trocadéro », dans A. Delpuech ; C. Laurière et C. Peltier-Caroff (dir.), Les Années folles de l’ethnographie : Trocadéro 28-37, Paris : Muséum national d’histoire naturelle, 701-729.
2018. « L’Ethnologie à l’épreuve des images : photographie et ethnologie en France (1930-1960) » (thèse de doctorat, université Paris I – Panthéon-Sorbonne).
2019. « Une agence au musée : la photothèque du musée de l’Homme », Transbordeur. Photographie, histoire, société, no 3, 150-161.

Monod, Théodore
1941
. Conseils aux chercheurs, Dakar : IFAN.

Murphy, David (dir.)
2016
. The First World Festival of Negro Arts, Dakar 1966 : Contexts and Legacies, Liverpool : Liverpool University Press.

Niang, Moustapha Mamadou
2011
. « Présentation du service audiovisuel de l’IFAN Cheikh-Anta-Diop », brochure non publiée.

Nimis, Érika
2014
. « Le patrimoine photographique malien et ses enjeux : des relectures exogènes à une réappropriation malienne », Continents manuscrits, no 3, <https://doi.org/10.4000/coma.429>.

Rivière, Georges Henri
1937
. « Section III. b) Photothèques, Cinémathèques, Phonothèques, Musées et Collections », dans Congrès mondial de documentation universelle (Paris 16-21 août 1937), Paris, Secrétariat du Congrès, 24-26.

Shiweda, Napandulwe
2019
. « Images of Ambivalence : Photography in the Making of Omhedi, Northern Namibia », dans P. Hayes et G. Minkley (dir.), Ambivalent : Photography and the Visibility in African History, Athens : Ohio University Press, 181-208.

Sibeud, Emmanuelle
2002
. Une science impériale pour l’Afrique ? La construction des savoirs africanistes en France (1878-1930), Paris : Éd. de l’École des hautes études en sciences sociales.

Stoler, Ann Laura
2019
(2009). Au cœur de l’archive coloniale : questions de méthode, trad. de l’anglais par C. Jaquet et J. Gross, Paris : Éd. de l’École des hautes études en sciences sociales.

Suremain, Marie-Albane de
2003
. « Chroniques africanistes ou fragments pour une histoire totale de l’Afrique ? L’histoire coloniale dans le Bulletin du Comité d’études historiques et scientifique de l’AOF / IFAN, (1916-1960) », dans S. Dulucq et C. Zytnicki (dir.), Décoloniser l’histoire ? De l’histoire coloniale aux histoires nationales en Amérique latine et en Afrique (xixe-xxe siècles), Saint-Denis : Société française d’histoire d’outre-mer, 39-57.
2007. « L’IFAN et la “mise en musée” des cultures africaines (1936-1961) », Outre-Mers. Revue d’histoire, vol. 94, no 356, 151-172, <https://doi.org/10.3406/outre.2007.4289>.

Tai, Li-Chuan
2010
. L’Anthropologie française entre sciences coloniales et décolonisation (1880-1960), Paris : Société française d’histoire d’outre-mer.

Touré, Kady Kahn
2000
. « Pour valoriser les fonds de la photothèque de l’IFAN », Documentaliste, sciences de l’information, vol. 37, no 3-4, 174-181.

Notes

1 Niang 2011.

2 Cette idée est développée par Napandulwe Shiweda à propos des photographies coloniales produites en Namibie ; elle parle, concernant les enjeux contemporains de ces images, de l’« unexpected future use which might benefit the subjects most closely connected to their contents » (Shiweda 2019, 182).

3 Touré 2000, 176. Sur ce festival, voir Murphy (dir.) 2016.

4 L’ORSC devient l’ORSTOM en 1953, et change de sigle en 1984 pour devenir l’IRD, Institut de recherche pour le développement.

5 Tai 2010.

6 Anonyme 1937, 234.

7 Fayet-Scribe 2000.

8 Sur l’effervescence qui entoure le MET entre 1928 et 1935, voir Delpuech et al. 2017 ; et sur la création de la photothèque, voir Mauuarin 2017.

9 Blair 2010.

10 Sur cette question, voir le dossier spécial de la revue Transbordeur (Lacoste et al. 2017).

11 Rivière 1937.

12 En 1960, l’Institut se divisait en deux grands départements : sciences humaines d’une part, sciences naturelles de l’autre. Le premier chapeautait les laboratoires d’archéologie-préhistoire, d’ethnographie, de géographie, d’histoire, de linguistique et de sociologie. Le second, ceux de biologie marine, de botanique, d’entomologie et de zoologie.

13 Bondaz 2020, 246.

14 Sur l’histoire et les enjeux de ce Comité, voir Sibeud 2002 et Suremain 2003.

15 Sur l’histoire de cette structure et la reproduction des documents d’archives, voir Mauuarin 2018.

16 IFAN, Rapport annuel 1948, 6 (IFAN / archives de l’IFAN).

17 IFAN, Rapport annuel 1948, 5.

18 Mauuarin 2019.

19 Lettre de Théodore Monod au directeur du musée de l’Homme [Paul Rivet], 6 janvier 1947 (MQB / Dossiers de Collections / Coll. no 567 « IFAN »).

20 Leenhardt 1949, 10-11.

21 Voir Bernus 1995 et Jehel 2000.

22 IFAN, Rapport annuel 1954, 7

23 Castro 2008 ; Genoudet 2018.

24 Mauuarin 2019.

25 Lettre de Cocheteux à Rouch, le 17 février 1954 (Paris, Bibl. nat. de Fr. / Fonds Jean Rouch / Mission IFAN 1953-1954). Elle fait suite à une première lettre de Monod énonçant pour la deuxième fois les conditions posées par l’IFAN (Lettre de Monod à Rouch, le 25 janvier 1954 [Paris, Bibl. nat. de Fr.  / Nouv. Acq. fr. 28464 (C) / Mission IFAN 1953-1954]).

26 Monod 1941. Les Conseils aux chercheurs de Monod seront édités à plusieurs reprises au cours des décennies suivantes.

27 Blanckaert 1996 ; Debaene 2006.

28 Touré 2000.

29 C’est de lui que sont les plus anciens clichés datés de 1942 conservés à l’IFAN.

30 IFAN, Rapport annuel 1951, 7-8.

31 IFAN, Renseignements mensuels, no 9, sept. 1951, n. p.

32 IFAN, Renseignements mensuels, no 2, février 1951, n. p. Si Potentier est chargé du cinéma à l’IFAN, il semble avoir aussi la qualité de photographe : la directrice de l’agence Atlas Photo s’adresse en effet à lui pour qu’il lui fasse parvenir des clichés de Dakar en 1950, avant de s’en remettre à Rouch (Paris, Bibl. nat. de Fr. / Nouv. Acq. fr. 28464 (C) / Mission IFAN 1950-1951).

33 Anonyme 1961, 41.

34 Dias 2000.

35 L’Agence économique de l’AOF a semble-t-il existé de 1920 à 1939, selon le Bulletin qu’elle produisait.

36 Sur l’histoire de cette Agence, dont les prérogatives allaient bien au-delà de la production ou gestion de photographies, voir les travaux de Sandrine Lemaire (Lemaire 2000).

37 Agence économique de la France d’outre-mer, Rapport annuel 1947, 14 (ANOM / FM AGEFOM / 679).

38 IFAN, Rapport annuel 1952, 11.

39 IFAN, Rapport annuel 1954, 7.

40 IFAN, Rapport annuel 1951, 9.

41 IFAN, Rapport annuel 1951, 7. Comme nous l’avons souligné précédemment, cette mission avait aussi pour objet de rapporter une documentation pour l’inspection générale des services de l’élevage de l’administration coloniale.

42 IFAN, Renseignements mensuels, no 2, février 1951.

43 IFAN, Rapport annuel 1954, 7.

44 IFAN, Rapport annuel 1950, 7.

45 Sur ce « paradigme de la collecte » voir De L’Estoile 2005 et Debaene 2006.

46 Cette notion a fait l’objet d’un vif réinvestissement à la suite du développement des postcolonial studies puis de la parution de l’ouvrage fondateur d’Ann Laura Stoler, récemment traduit en français (Stoler 2019).

47 Basu et De Jong 2016.

48 Liam Buckley pose ce constat et invite à remettre en question les standards archivistiques et l’idée qu’ils refléteraient l’état de développement d’un pays : la question est selon lui de savoir qui est en droit de se préoccuper des objets de la culture matérielle appelés à disparaître (Buckley 2005).

49 Nimis 2014.

Illustrations

Fig. 1 : Pierre Potentier, Section photo : la clichothèque, Dakar, 1949

Fig. 1 : Pierre Potentier, Section photo : la clichothèque, Dakar, 1949

Tirage argentique, 12 × 9 cm, Dakar, photothèque de l’IFAN, casier « Recherche scientifique », B.49.2330 © Université de Dakar.

Fig. 2 : Pierre Potentier, Section bibliothèque-documentation : la photothèque, Dakar, 1949

Fig. 2 : Pierre Potentier, Section bibliothèque-documentation : la photothèque, Dakar, 1949

Tirage argentique, 12 × 9 cm, Dakar, photothèque de l’IFAN, casier « Recherche scientifique », B.49.2348 © Université de Dakar.

Fig. 3 : Photothèque de l’IFAN, classement « Géographie », Dakar, 2014

Fig. 3 : Photothèque de l’IFAN, classement « Géographie », Dakar, 2014

© Anaïs Mauuarin.

Fig. 4 : Photothèque de l’IFAN, classement « Matières », Dakar, 2014

Fig. 4 : Photothèque de l’IFAN, classement « Matières », Dakar, 2014

© Anaïs Mauuarin.

Fig. 5 : Pierre Potentier, Section photo : le bureau, Dakar, 1949

Fig. 5 : Pierre Potentier, Section photo : le bureau, Dakar, 1949

Tirage argentique, 12 × 9 cm, Dakar, photothèque de l’IFAN, casier « Recherche Scientifique », B.49.2323 © Université de Dakar.

Fig. 6 : Pierre Potentier, Section photo : le laboratoire de tirage, Dakar, 1949

Fig. 6 : Pierre Potentier, Section photo : le laboratoire de tirage, Dakar, 1949

Tirage argentique, 12 × 9 cm, Dakar, photothèque de l’IFAN, casier « Recherche Scientifique », B.49.2334 © Université de Dakar.

Fig. 7 : Pierre Potentier, Section photo : la sécheuse-glaçeuse électrique, Dakar, 1949

Fig. 7 : Pierre Potentier, Section photo : la sécheuse-glaçeuse électrique, Dakar, 1949

Tirage argentique, 12 × 9 cm, Dakar, photothèque de l’IFAN, casier « Recherche Scientifique », B.49.2332 © Université de Dakar.

Fig. 8 : Pierre Potentier, Section photo : le choix des négatifs leica, Dakar, 1949

Fig. 8 : Pierre Potentier, Section photo : le choix des négatifs leica, Dakar, 1949

Tirage argentique, 12 × 9 cm, Dakar, photothèque de l’IFAN, casier « Recherche Scientifique », B.49.2324 © Université de Dakar.

Fig. 9 : Pierre Potentier, Section Photo : la retouche et le repiquage, Dakar, 1949

Fig. 9 : Pierre Potentier, Section Photo : la retouche et le repiquage, Dakar, 1949

Tirage argentique, 12 × 9 cm, Dakar, photothèque de l’IFAN, casier « Recherche Scientifique », B.49.2326 © Université de Dakar.

Fig. 10 : Pierre Potentier, Section photo : le studio, Dakar, 1949

Fig. 10 : Pierre Potentier, Section photo : le studio, Dakar, 1949

Tirage argentique, 12 × 9 cm, Dakar, photothèque de l’IFAN, casier « Recherche Scientifique », B.49.2327 © Université de Dakar.

Fig. 11 : Georges Labitte, Maures, Baouké (Côte d'Ivoire), avant 1947

Fig. 11 : Georges Labitte, Maures, Baouké (Côte d'Ivoire), avant 1947

Tirage sur papier baryté (8,5 × 11,5 cm) monté sur fiche cartonnée verte (12,5 × 20 cm), Paris, Musée du quai Branly – Jacques-Chirac, PP0178611.

Fig. 12 : Georges Labitte, Marchande de cure-dents, Abidjan (Côte d'Ivoire), avant 1947

Fig. 12 : Georges Labitte, Marchande de cure-dents, Abidjan (Côte d'Ivoire), avant 1947

Tirage sur papier baryté (8,5 × 11,5 cm) monté sur fiche cartonnée verte (12,5 × 20 cm), Paris, Musée du quai Branly – Jacques-Chirac, PP0178637.

Citer cet article

Référence électronique

Anaïs Mauuarin, « L’Afrique de l’Ouest dans les tiroirs. Documentation scientifique et photographie coloniale à la photothèque de l’IFAN (Dakar) », Photographica [En ligne], 1 | 2020, mis en ligne le 25 septembre 2020, consulté le 27 février 2021. URL : https://devisu.inha.fr/photographica/193

Auteur

Anaïs Mauuarin

Anaïs Mauuarin est historienne de l’art, spécialisée en photographie. Elle est l’auteure de la thèse « L’ethnologie à l’épreuve des images : photographie et ethnologie en France (1930-1960) » (université Paris I Panthéon-Sorbonne, 2018) en cours de publication. Elle a publié plusieurs articles sur ce sujet, et a coordonné le numéro de Gradhiva « Sur le vif. Photographie et anthropologie » (no 27, 2018). Elle poursuit actuellement ses recherches sur la culture visuelle de l’anthropologie et la construction des imaginaires coloniaux.