Quéquet, Sébastien. 2021 (dir.). Histoires de photographies. Collections du musée des Arts décoratifs

p. 198-199

Référence(s) :

Quéquet, Sébastien. 2021 (dir.). Histoires de photographies. Collections du musée des Arts décoratifs. Cat. exp. (Paris, musée des Arts décoratifs, 19 mai-12 décembre 2021

Texte

Le beau catalogue Histoires de photographies. Collections du musée des Arts décoratifs, publié en parallèle de l’exposition qui s’est tenue de mai à décembre 2021 au musée des Arts décoratifs (MAD) à Paris, rend aujourd’hui justice à l’histoire des photographies au sein de cette institution fondée en 1864 et aux collections qu’elle détient. Dans son histoire récente, le MAD avait certes pu se faire un lieu d’exposition pour la photographie et valoriser le travail de certains auteurs – voir à ce sujet l’essai de Juliette Lavie dans l’ouvrage, p. 46 –, mais sans connecter toutefois cet intérêt curatorial pour le médium à ses propres fonds et collections, pourtant riches comme nous le montre ce catalogue. Restait donc à sortir toute cette matière de l’oubli. En cohérence avec le mouvement, amorcé dans les années 1980-1990, de patrimonialisation des fonds photographiques détenus par les institutions publiques, le MAD s’est ainsi engagé depuis quelques années dans une exploration de ses collections photographiques dispersées entre le musée, la bibliothèque et les archives. Ce catalogue vient exhumer ces objets, les valoriser et les documenter, dans un geste orchestré par Sébastien Quéquet1, attaché de conservation au sein du département des Arts graphiques, et encouragé par la direction du musée. Cette exhumation s’inscrit en outre dans la consolidation de ce nouveau département, dédié également au dessin et au papier peint auxquels ont déjà été consacrées des expositions accompagnées de catalogues2.

L’ouvrage s’ouvre sur une série de pages composées exclusivement de photographies du MAD, qui donnent à voir ce que ces collections ont d’hétéroclite : des tirages albuminés représentant des régions lointaines des années 1850-1880 côtoient des photographies de mode des années 1980, en passant par des reproductions d’objets d’art, des images publicitaires, des photographies d’architecture ou de photoreportage, etc., toutes périodes et toutes techniques confondues. Pour rendre compte de ce foisonnement, le catalogue se découpe en plusieurs chapitres thématiques, reprenant les différentes sections de l’exposition en des angles classiques en histoire de la photographie : « la quête des modèles », « l’autre et l’ailleurs », « ruines et fondations », « éditer et documenter la modernité », « photographier la mode ». Outre les belles reproductions qui les composent, chaque chapitre est généreux en textes et commentaires. Ils s’ouvrent d’abord sur un ou deux essais, puis déclinent des études de cas succinctes qui mettent en perspective des corpus spécifiques du MAD. Sébastien Quéquet s’est entouré d’une équipe large regroupant autant des historiens et historiennes de la photographie confirmés que des jeunes collègues dont les travaux de master sont venus éclairer certains pans des fonds du musée.

Les essais introductifs des chapitres viennent situer les collections du MAD dans une histoire pour partie déjà balisée – s’y retrouvent les noms d’Adolphe Braun, de Felice Beato, d’Abdullah frères, d’Henri Le Secq, de Marcel Bovis, de Germaine Krull, de Cecile Beaton, etc. – alors que les courtes études invitent surtout à suivre de nouvelles pistes de recherches à partir des objets. Plusieurs textes s’apparentent à une première présentation de fonds encore méconnus, dont l’arrivée au musée est toujours contextualisée. On y découvre des noms et des ensembles tels que, entre autres, les magnifiques cyanotypes d’Henri Bodin (p. 81), les héliogravures d’Hugues Krafft (p. 107), les albums photographiques de « la plus grande France » par les photographes d’Alliance Photo (p. 120), les autochromes de la maison Jacques Doucet (p. 236), les photographies de Jean Collas (p. 186) ou de l’architecte Paul Henrot (p. 190), ou encore le fonds photographique de la revue Connaissance des arts (p. 196) ou les archives photographiques des bijoutiers-joailliers (p. 222). Ici le catalogue ne se contente pas de montrer et de donner à voir les objets photographiques du MAD dans leur profusion, mais il esquisse à chaque fois des pistes pour dresser ces photographies en sujets de recherche. Plus encore que dans l’exposition, se révèlent ici l’ampleur du travail qui a été fait depuis quelques années pour documenter les collections, et la volonté de l’équipe du MAD de continuer dans cette voie.

Cet intérêt pour la mise en perspective historique des collections du musée se manifeste surtout dans le premier chapitre du catalogue – « Histoire de la photographie dans l’institution » –, qui constitue une véritable plus-value par rapport à l’exposition. La question était certes bien abordée dans les salles du musée, où était notamment présenté l’un des grands albums iconographiques conçus par Jules Maciet au début du xxe siècle, destiné à être consulté par les lecteurs de la bibliothèque, et dans lequel des coupures de presse jouxtaient par exemple des tirages d’Eugène Atget. Mais le catalogue permet à cette approche historique de prendre toute sa dimension. Ce premier chapitre, composé de six essais, propose une étude fouillée et inédite de l’histoire de la photographie au sein de l’institution, évoquant aussi bien les pratiques (le laboratoire, p. 41) que les usages (la bibliothèque et les expositions, p. 21 et p. 46), et combinant ces analyses avec des articles contextualisant, revenant sur le statut changeant de ces productions au tournant des xixe et xxe siècles (entre documentation, archives et collections, p. 28), aussi bien que sur le contexte international. Un essai est par exemple consacré à la question des échanges photographiques entre musées d’arts décoratifs à l’échelle européenne, qui reste un angle d’analyse peu exploré de façon systématique (p. 34). Cette première partie contribue à situer dans une histoire institutionnelle les collections dont il sera fait mention dans les chapitres qui suivent.

Cet ouvrage parvient ainsi à articuler de façon remarquablement équilibrée une mise en valeur des fonds photographiques du MAD – donnés à voir par de nombreuses reproductions de grande qualité – avec une véritable approche scientifique de ces artefacts visuels et de leur place historique au sein de l’institution. Tout en restant au plus près des objets, dans une perspective muséale, veillant ainsi à contenter un public amateur de photographies, il fait une place certaine à des questions de recherche plus larges. Cet équilibre se manifeste encore dans les précieuses annexes du volume, qui contiennent, en plus d’un lexique des procédés techniques, une chronologie de la photographie au musée et une liste sélective des collections photographiques du MAD. Si une table des matières aurait également été bienvenue pour mieux naviguer parmi les nombreuses études, ces éléments ajoutent des repères importants au sein d’un catalogue qui inaugure, espérons-le, une nouvelle ère de recherches à partir des fonds photographiques du MAD.

1 Sébastien Quéquet est membre du comité de rédaction de Photographica.

2 Véronique de La Hougue (dir.), Faire le mur. 4 siècles de papiers peints, cat. exp. (Paris, musée des Arts décoratifs, 21 janvier-12 juin 2016).

Notes

1 Sébastien Quéquet est membre du comité de rédaction de Photographica.

2 Véronique de La Hougue (dir.), Faire le mur. 4 siècles de papiers peints, cat. exp. (Paris, musée des Arts décoratifs, 21 janvier-12 juin 2016). Paris : Les Arts décoratifs, 2016 ; Bénédicte Gady (dir.), Le dessin sans réserve. Collections du musée des Arts décoratifs, cat. exp. (Paris, musée des Arts décoratifs, 26 mars-19 juillet 2020). Paris : MAD, 2020.

Citer cet article

Référence papier

Anaïs Mauuarin, « Quéquet, Sébastien. 2021 (dir.). Histoires de photographies. Collections du musée des Arts décoratifs », Photographica, 5 | 2022, 198-199.

Référence électronique

Anaïs Mauuarin, « Quéquet, Sébastien. 2021 (dir.). Histoires de photographies. Collections du musée des Arts décoratifs », Photographica [En ligne], 5 | 2022, mis en ligne le 26 octobre 2022, consulté le 29 novembre 2022. URL : https://devisu.inha.fr/photographica/963

Auteur

Anaïs Mauuarin

Ghent University – Musées royaux d’art et d’histoire, Bruxelles

Articles du même auteur